Moha La Squale en concert à La Vapeur (Dijon)

C’étais dimanche 18 novembre 2018 que Moha La Squale se produisait en sold-out à La Vapeur (Dijon).

affiche concert

La fosse était bien remplie, mais il restait de bonnes places au balcon. On observe une très large majorité d’adolescents et de jeunes adultes, mais on voit aussi quelques trentenaires au bar, sûrement les parents qui surveillent leurs enfants.

La lumière s’éteint la foule hurle, l’artiste arrive, il est 18h30. Une énergie débordante envahie la foule, mais aussi le jeune artiste de seulement 23 ans. Dès son entrée les flashs apparaissent, mais la salle est remplie d’énormément de fumée, celle de la scène mais aussi celle du public qui crack ses joints et fume ces clopes librement, à part les « teubés » qui fument devant le garde du corps et qui finissent par se faire virer, il est donc dur de faire de jolis clichés.

Le décor de la scène est en parfait raccord avec la pochette de l’album, un fond représentant la jungle, un coffre, un palmier, une reproduction de feu de camp et un rocher. Mais ce qui me frappe le plus c’est vraiment cette énergie du rappeur, il saute de partout, court et escalade les éléments de décoration, tout ça sans être essoufflé !

On retrouve un public de fan, qui connait les paroles par cœur et le fait savoir en chantant du haut ou du bas, du fond ou de devant. Une scénographie assez simple mais efficace, beaucoup de jeux de lumières, quelques mises en scène tel que la découverte de l’intérieur du coffre, la simulation d’un feu de camp, ou même une entrée via une porte (peu commun sur une scène), mais on a tout de même une dominance sombre malgré les nombreux projecteurs.

On n’aura pas beaucoup d’interactions avec le public de la part du rappeur, quelques remerciements, et un arrosage d’eau, pas plus. On a quasiment toujours une phrase issue du son qu’il va interpréter pour introduire chaque chanson.

Et voilà, le moment tant attendu par toutes les meufs de la salle, Moha enlève son pull et finit torse nu, hystérie générale à ce moment là.

 

Moha torse nu
©ajgamzaiev

Quand arrive déjà la fin du concert, il fait des remerciements et quitte la scène, avant de revenir en courant et sautant 1 minute après, sur les épaules d’un mec de la sécurité pour reprendre ses deux plus gros tubes : « Bandelero » et « Luna », meilleur moment du concert le public est à fond et le devant de la fosse pogote tranquillement. « Luna » n’en finit pas, le refrain tourne en boucle, un coup c’est Moha qui chante, un coup c’est le public, un crocodile gonflable apparaît il le saisit et saute dans la foule, retour immédiat sur scène par ses gardes du corps, la foule est trop en forme pour ne pas être « dangereuse » pour l’artiste.

19h48 : le concert est vraiment fini, les remerciements vont pour le public, mais aussi pour tous les techniciens de sa tournée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *