Les Eurockéennes 2019 ça arrive !

La programmation 2019 du célèbre festival qui fête ses 31 ans se dévoile. Les festivités se dérouleront du 4 au 7 juillet 2019 à Belfort. Le nombre de festivaliers ne cesse d’augmenter et a atteint son apogée l’année dernière avec 135 000 personnes.

Il y a déjà quelques semaines que les organisateurs du festival ont annoncé les premiers noms de la 31ème édition. Une programmation internationale avec entre autres :

Arborant fièrement ses origines sous le blaze 93 NTM, c’est d’abord “sous les bombes” aérosols, comme relaté dans l’iconique single du même nom, que se fait connaître fin des années 80 dans la capitale, le plus célèbre duo (en devenir) du rap français. Du graff à la musique, Kool Shen et JoeyStarr se veulent les porte-paroles – grondantes, à l’image de leur flow – d’une urgence sociale dans les banlieues, alignant brûlots (“Police”) sur hymnes de rébellion libérateurs (“Qu’est-ce qu’on attend ?”). Après 1996, c’est lors de leur deuxième passage historique aux Eurocks 98, pour la sortie de leur dernier album « Suprême NTM« , que les deux poids lourds du hip hop – fraîchement reformés, en préparation d’un nouveau disque – reviennent “foutre le feu” cet été au Malsaucy !

On ne présente plus ce fameux duo de DJ new-yorkais qui culmine en haut des charts depuis le viral “#SELFIE”, banger ironique sur le narcissisme 2.0, d’abord distribué librement, comme une blague, sur le net. De leurs débuts EDM déglingos, lorsqu’ils s’auto-proclamaient “meilleurs que LMFAO”, ils n’ont pourtant gardé que les refrains accrocheurs et les rythmiques à même de soulever les foules. C’est maintenant sur des hymnes de stade pop et future bass dans l’ère du temps, que les deux potes dominent le monde, accompagnés de Coldplay (Eurocks 2000) ou bien Daya sur les tubes planétaires “Something Just Like This” et “Don’t Let Me Down”. Le show made in USA est encore assuré cette année au Malsaucy…

Après un passage mémorable aux Eurocks 2015 et un premier LP, « Chaleur Humaine », lui ayant permis d’accéder à une notoriété internationale, Christine referme la parenthèse « Queens », ex-pseudo inspiré du cabaret drag où elle se réfugie lors d’un séjour à Londres, pour embrasser une nouvelle facette de son identité : Chris. De son ancien nom raturé à sa coupe garçonne, en passant par le crop top du funky “Damn, Dis-moi« , clip-performance transposant les chorégraphies Jacksoniennes – signées (LA)HORDE, invités des Eurocks 2018 – au royaume de West Side Story, le personnage de Héloïse Letissier se retrouve taillé, recomposé, dans un nouveau concept-album fascinant sur le genre et sa fluidité.

Au micro de Deezer, il avait cité les Eurocks 2017 comme son “plus gros souvenir de scène en France”. Un an après, on le retrouvait à la production du titre “Demain” de Bigflo & Oli pour un clip mettant à l’honneur la 30ème édition anniversaire du festival. Le jeune prodige de l’électro chill française, inarrêtable dans le monde entier depuis sa percée à tout juste 15 ans avec le viral “Sunset Lover”, est désormais de retour, prêt à écrire le prochain chapitre de son épopée au Malsaucy. L’occasion rêvée de découvrir ses tout derniers singles “Suffer” et “Safe” au cours d’un live puissant et atmosphérique, dont lui seul a le secret. L’idylle entre Petit Biscuit et les Eurocks – une de ses deux seules dates en festival français cet été ! – n’est décidément pas prête de s’arrêter.

Finie, la sage robe noire et blanche à col claudine avec laquelle Jain, nouvelle coqueluche pop française et protégée de Yodelice, défendait innocemment sur scène (Eurocks 2017) ou dans des clips joliment surréalistes, les tubes survoltés (“Come”, “Makeba”…) de son premier album “Zanaka”. C’est désormais en combinaison de travail bleue azur signée Agnès B, bien plus représentative de son exotique fusion electro et world music, que la chanteuse, globetrotteuse depuis sa plus tendre enfance, porte haut les couleurs de son dernier-né, l’orientalisant “Souldier”. Un nouveau disque au multiculturalisme festif et fédérateur, encore une fois promesse d’un moment de communion au Malsaucy.

Dans la famille Van Laeken, je voudrais la fille ! Petite dernière à avoir hérité, après son frère Roméo Elvis, des gènes artistiques de ses parents – le musicien Marka et la comédienne Laurence Bibot -, la jeune chanteuse mène sa propre barque, parvenant à aborder en à peine un an et une poignée de singles (“La Loi de Murphy”, “Tout oublier” feat. Roméo Elvis…), les plus hautes places des top 50 français et wallons. Seule aux commandes du navire, de l’écriture de ses chansons jusqu’à la production, Angèle sort enfin son tant attendu premier album “Brol” (“Bordel” en argot belge), méli-mélo électro-pop à l’image de sa juvénile pochette, délicieusement frais et rajeunissant.

Avec un nom pareil, nul doute que ces deux cousins originaires de la Nouvelle-Orléans ne font pas dans la dentelle. En véritables music nerds adeptes du “cloud rap”, cette branche du hip-hop aux beats vaporeux bricolés avec trois bouts de ficelle, c’est sur le (dark) web que s’illustre dans un premier temps le duo, publiant plus de 200 titres sur Soundcloud. Jouant sur une esthétique morbide inspirée du mouvement horrorcore et une imagerie rétro façon VHS, Aristos Petros et Scott Arceneaux Jr. font de leurs discours sur la dépression et l’addiction, plus qu’un exutoire : une thérapie.  Attendez-vous à être pris de folie à l’écoute des titres de leur viscéral premier album, “I Want to Die in New Orleans”.

Si l’on voit en lui la dernière révélation d’un rap belge houleux, dont les vagues déferlent jusque dans nos contrées (Stromae – Eurocks 2011 / 2014 -, Damso – Eurocks 2018), Roméo Elvis en est également le contrepoint parfait. Atténuant avec fraîcheur, les gimmicks de rigueur sous un flow nonchalant et un swing aux accents électro (signé Le Motel), le jeune rappeur agite les foules récoltées au gré de ses derniers succès – en solo ou en feat. avec sa soeur Angèle, Therapie Taxi (Eurocks 2018)… – autant qu’il les berce (la love story « Drôle de Question”). Certes, le son est plus lourd depuis le trapisant Tu vas glisser” mais Elvis, lui, porté par tant de dérision et de légèreté, continue de flotter… Bien au-dessus de la mêlée.

...

Et encore bien d’autres… Tu peux retrouer tous les premiers noms juste ici !

Ou alors juste en dessous :

Regarde l'aftermovie de l'édition 2018 pour les 30 ans des Eurocks.

Une trentième édition forte en émotion qui a réunis la France entière avec des artistes nationaux et internationaux durant la coupe du monde, quoi de mieux ?

Tu peux acheter tes billets juste en dessous :

On espère te croiser là-bas, sous un beau et chaud soleil avec une bière à la main, devant la scène de n’importe quels artistes pour te poser quelques questions !

En attendant, tu peux suivre les actualités du féstival sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.